Anne Slacik du 1er août au 25 septembre 2017.
Vernissage le mardi 15 août 2017, à 18 h.

Peintures 2007 - 2016

 

Née en 1959 à Narbonne, Anne Slacik vit et travaille à Saint-Denis et dans le Gard. Elle a reçu en 1991, le Prix de peinture de la Fondation Fénéon. Depuis 1981, de nombreuses expositions personnelles ont été consacrées à son travail, notamment au Centre d’Art de Gennevilliers, au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, au Musée de Gap, au Musée de Saint-Denis associé au Musée du Cayla dans le Tarn, au Musée Ingres à Montauban, au Musée Rimbaud à Charleville-Mézières. En 2015, sept lieux d’exposition dans les Yvelines, dont le Musée national de Port-Royal-des-Champs, se sont réunis pour présenter différents aspects de son travail. À l’occasion de certaines expositions, des monographies ont été éditées chez IAC-Ceysson. En 2016, son travail a été exposé au Musée Victor Hugo à Paris. En 2017, il a été présenté au Musée de Périgueux et, en 2018, il le sera au musée PAB d’Alès ainsi qu’à la bibliothèque du Carré d’Art de Nîmes. À l’occasion de l’acquisition de la collection de cent-trente livres manuscrits-peints, le Musée Paul Valéry de Sète organisera également une exposition.

 

Pour Anne Slacik

Comme la lumière, les couleurs ne séparent pas du monde : elles en disent, hors les mots, les manques, les risques.
Les couleurs et la lumière sont surface et surtout profondeur : elles vibrent dans l’ordre incertain des choses. Le regard est au coeur, tentant de capter une énergie nomade, des lignes de fuite, des rythmes. Le peintre n’atteint pas, n’éteint pas la lumière et les couleurs aux limites de peindre. Le peintre ne les nomme pas, il les cherche dans les limites.
Il y a une pensée de la peinture dans les matières, les formes mêmes des couleurs et de la lumière, lorsqu’elles se perdent sciemment ou aveuglément dans l’espace et le temps du tableau.

Jean-Gabriel Cosculluela

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

      Anne Slacik dans son atelier